Français
Mon compte
Toute la boutique
www.cannes.com
Accueil arrow Toute la boutique arrow Catalogues, livres d'arts, éditions des musées arrow Antonio St Sylvestre - Le monde est fou, j'adore !
La boutique
Affiches (15) Cédéroms, éditions sur support numérique (3) Catalogues, livres d'arts, éditions des musées (80) Livres d'histoire, de promotion de Cannes (28) Cartes postales (20)

Tous les articles

Mon panier


Le panier est vide.















Info: Votre navigateur n'accepte pas les cookies. Si vous désirez ajouter des articles à votre panier et les acheter en ligne sur notre site, votre navigateur doit accepter les cookies de notre site.





Antonio St Sylvestre - Le monde est fou, j'adore !


Prix: 27,00 €


« Les humains, espèce en voie d’extension » La terre n’a jamais été un lieu de tout repos et cette boule folle et « tornicotante  » explose, tremble, gèle, brûle, pleure et ne nous épargne aucune démonstration de sa mauvaise humeur.Au lieu de filer doux, les humains, ces êtres insouciants et écervelés, grattent, salissent, enfument, usent et abusent de cette marâtre généreuse, mais capricieuse, au risque de la fâcher pour de bon.Des eaux saumâtres, des cieux gris, des mers vides, la désolation partout, voilà le bel héritage qu’ils offriront aux futures générations.Et les humains sont si « gentils », que cela serait dommage !!! La vie, cette garce, leur réserve déjà de bonnes surprises, mais c’est qu’ils veulent en ajouter.Si les humains ne reprennent pas le bon chemin, ils scieront la branche où ils sont si mal assis.Voilà, je ne leur dis rien qu’ils ne sachent déjà.Laissons les décider, peut-être un peu tard, mais qu’ils essayent toujours…La vie, ce long fleuve turbulent, vaut peut-être bien le mauvais voyage !Qu’ils tentent de sauver la planète, pour leur propre profit.C’est trop leur demander ? Mince espoir, mais l’espoir, dit-on, fait vivre ! Humains, vous n’avez pas besoin de tout avoir et tout de suite et de vous chamailler continuellement !Les riches veulent être encore plus riches, les pauvres veulent être riches et si par hasard ils y arrivent, ils oublient très vite les autres pauvres qui sont restés par le chemin.Donc, que les pauvres …Vous êtes restés à vie, des enfants égoïstes, prétentieux, ambitieux, capricieux : vous voulez le ballon du copain, vous volez le goûter du petit frère, vous arrachez les ailes aux mouches, vous cassez les carreaux de la fenêtre et vous, vous croyez mieux que le voisin, parce que vous êtes plus clair que lui, parce que vous êtes autrement et vous voulez imposer aux autres, vos idées débiles.Aimez-vous, au pire, tolérez-vous et tout ira pour le mieux sinon disparaissez et que l’on en parle plus.Et puis, ne pleurez plus avec des larmes de crocodile sur le malheur des enfants, qui ne sont que, des bombes à retardement. Alors, peut-être que les bébés avortés, congelés, morts-nés et autres faisant partie d’une armée monstrueuse, animée des pires dessins.  Imaginez qu’une main bénie aurait trucidé bébé Hitler, qu’un chien méchant aurait mordu à la gorge l’enfant Staline, qu’une mauvaise épidémie nous aurait débarrassés à l’âge du biberon, des futurs assassins, dictateurs, tortureurs et qu’une vilaine famine aurait réduit à néant deux adorables bébés au ventre démesurément gonflés, nommés George et Oussama.Moi, je fais comme tout le monde et en plus, je dénonce et je confectionne des enfants accusateurs, assis sur des chaises qui prennent la pose pour le photographe, qui pointent à qui peut les apercevoir, les turpitudes du monde, ce grand malade incurable. Des enfants indiens travaillant de gré ou de force pour le prêt-à-porter international, le Pape nous conseille la simplicité, mais dépense deux millions d’euro à Venise pour ses vacances et en plus il nous promet le bonheur après trépas.Et pendant qu’un tas de français sont dans la  mouise, nos politiques s’amusent à jouer à la bataille navale avec les frégates à Taiwan et des industriels pas très regardants, concoctent pour pas cher des dangereux jouets pour les enfants des autres.Le petit Ernestito, qui après avoir bien grandi, tirait sur les gens comme sur des pigeons, ce que ne l’a pas empêché d’être le symbole de la liberté !Et « viva la Republica » ! Antonio Saint Silvestre