Français
Mon compte
Toute la boutique
www.cannes.com
Accueil arrow Toute la boutique arrow Catalogues, livres d'arts, éditions des musées arrow Israël Bordeline - Photographie de Julien CHATELAIN
La boutique
Affiches (15) Cédéroms, éditions sur support numérique (3) Catalogues, livres d'arts, éditions des musées (80) Livres d'histoire, de promotion de Cannes (27) Cartes postales (20)

Tous les articles

Mon panier


Le panier est vide.















Info: Votre navigateur n'accepte pas les cookies. Si vous désirez ajouter des articles à votre panier et les acheter en ligne sur notre site, votre navigateur doit accepter les cookies de notre site.





Israël Bordeline - Photographie de Julien CHATELAIN


Prix: 31,00 €


Israël Borderline 

Israël est sans doute le pays le plus médiatisé au monde. Paradoxalement, la société israélienne demeure une des plus méconnues.Etat en gestation, société protéiforme façonnée par plus de 60 ans de conflit et par l’arrivée de vagues d’immigrations successives en provenance d'Europe, d'Afrique du nord, d'Ethiopie puis de l'ex-Union soviétique,Israel est unie derrière l’étendard du sionisme, et un ennemi commun. Alors que le débat fondamental sur le devenir de cette société sans passée où s’opposent des visions antagonistes entre laïques et religieux, peine à s’exprimer, il m’a paru intéressant, voire nécessaire, d’en décrypter les différentes composantes, les différentes tribus. Ce projet aurait d’ailleurs pu s’intituler les 70 tribus d’Israël tant il existe de sous-groupes ethniques, politiques, sociaux, culturels et religieux. La jeunesse, force de mouvement, s’est progressivement imposée comme un vecteur idéal, pour délimiter les contours, parfois flous, d’une société aux multiples visages.

« Israël Borderline » est un voyage aux confins de la société israélienne. De la jeunesse résolument laïque de Tel-Aviv aux communautés ultra-orthodoxe de Jérusalem ; des colons messianiques de Cisjordanie, aux militants de gauche aspirant à une relation harmonieuse avec leurs voisins palestiniens ; des hippies news ages aux laissés pour compte des villes de développement. C’est aussi un voyage à la rencontres des minorités qui composent la mosaïque ethnique israélienne, des nouveaux arrivants russes et éthiopiens, à la large communauté arabe israélienne qui représente 20% de
la population.
Et puis il y a l’armée, l’épine dorsale de la société Israélienne, le ciment de la nation, l'armée qui reste le facteur unificateur le plus fort. On ne devient véritablement Israélien qu’après avoir porté les armes. À l’exception des palestiniens israéliens et des ultra-orthodoxes, toutes ces jeunesses s'y retrouvent, s'y mélangent, et ne la quitte jamais vraiment.

Ce qui m’a importé fut de regarder de près cette jeunesse, le long de ses principales lignes de fracture, et tenter de déceler en elle la société israélienne de demain. Une société fragmentée, atomisée, dont les forces contraires, pourraient, à terme, l'amener à l'implosion.

  

Julien Chatelin